Monday, June 27, 2005

The conversion

Religious conversion, either from one faith to another or between different branches of the same faith, sometimes ivolves a spiritual journey that is both fulfilling and rewarding. On the personal level however, conversion has usually a dramatic and unpleasant aspect to it, as it leads to a total upheavel of one's social network of friends, the convert seeking often to distance himself from his/her original religious community. In that respect, it can be said that conversions always take a good deal of courage and conviction, even in countries which guarantee the freedom of worship. If, in addition, there is an extra psychological barrier associated with being in a state of war, then it must take an additional measure of determination to cross the line of patriotism and convert to the religion of the enemy, as did this Israeli settler who, after arguing for months with a Palestinian neighbor, finally decided that Islam was to be his deliberate choice and path. Have a look: it's quite an extraordinary story!

Friday, June 17, 2005

Pas vraiment une blague

A good friend of mine sent me this... Je pense que c'est trop gros pour etre vrai, mais ca fait en tout cas une bonne blague pour la fin de la semaine. Have a nice week-end!

----------------------------------

CONVERSATION REELLE CAPTEE SUR LE CANAL 106 FREQUENCE DES SECOURS MARITIMES DE LA COTE DU FINISTERE (GALICE), ENTRE DES GALICIENS ET DES NORD-AMERICAINS.

Galiciens (bruit de fond):
Ici le A-853, merci de bien vouloir dévier votre trajectoire de 15 degrés au sud pour éviter d'entrer en collision avec nous. Vous arrivez directement sur nous à une distance de 25 milles nautiques.

Américains (bruit de fond):
Nous vous recommandons de dévier vous-même votre trajectoire de 15 degrés nord pour éviter la collision.

Galiciens:
Négatif! Nous répétons: déviez votre trajectoire de 15 degrés sud pour éviter la collision.

Américains (une voix différente de la précédente):
Ici le capitaine! Le capitaine d'un navire des États-Unis d'Amérique.Nous insistons, déviez votre trajectoire de 15 degrés nord pour éviter la collision.

Galiciens:
Négatif ! Nous ne pensons pas que cette alternative puisse convenir, nous vous suggérons donc de dévier votre trajectoire de 15 degrés sud pour éviter la collision.

Américains (voix irritée):
Ici le capitaine Richard James Howard, au commandement du porte-avions USS LINCOLN, de la marine nationale des Etats-Unis d'Amérique, le second plus gros navire de guerre de la flotte américaine! Nous sommes escortés par deux cuirassiers, 6 destroyers, 5 croiseurs, 4 sous-marins et de nombreuses embarcations d'appui. Nous nous dirigeons vers les eaux du Golfe Persique pour préparer les manoeuvres militaires en prévision d'une éventuelle offensive Irakienne. Nous ne vous suggérons pas, nous vous ordonnons, de dévier votre route de 15 degrés nord! Dans le cas contraire nous nous verrions obligés de prendre les mesures qui s'imposent pour garantir la sécurité de cette flotte et de la force de cette coalition. Vous appartenez à un pays allié, membre de l'OTAN et de cette coalition, s'il vous plait, obéissez immédiatement et sortez de notre trajectoire.

Galiciens:
C'est Juan Manuel Salas Alcántara qui vous parle, nous sommes deux personnes, nous sommes escortés par notre chien, par notre bouffe, deux bières et un canari qui est actuellement entrain de dormir. Nous avons l'appui de la radio de la Corogne et du canal 106 "urgences maritimes". Nous ne nous dirigeons nulle part, dans la mesure où nous vous parlons depuis la terre ferme. Nous sommes dans le phare A-853, au Finistère de la côte de Galice. Nous n'avons pas la moindre idée de la position que nous occupons au classement des phares espagnols. Vous pouvez prendre toutes les mesures que vous considérez opportunes car nous vous laissons le soin de garantir la sécurité de votre flotte de merde qui va se ramasser la gueule contre les rochers! C'est pour cela que nous insistons à nouveau et vous rappelons que le mieux à faire, le plus logique et le plus raisonnable serait que vous déviiez votre trajectoire de 15 degrés sud pour éviter de nous rentrer dedans!

Américains:
Bien reçu, merci...

Wednesday, June 15, 2005

La nourriture halal attire de plus en plus les jeunes musulmans

A en juger par l’article ci-dessous, publiée dans l’édition d’hier de Le Monde, l'industrie Halal en France est en plein essor. L’intégration du concept Halal a, sans doute, été facilitée par l’intégration antérieure du concept cacher. Quoi qu’il en soit, les industriels agroalimentaires Français ont compris qu’il était de leur intérêt économique de satisfaire leur clientèle musulmane. Tout le monde y trouve son compte, finalement.
--------------------
Le Monde, édition du 14.06.05
La nourriture halal attire de plus en plus les jeunes musulmans

Près des caisses de l'hypermarché Auchan de Bagnolet (Seine-Saint-Denis), des calicots signalent le rayon halal, qui s'étend sur plusieurs mètres. Amida, 28 ans, scrute les étals réfrigérés, son fils dans une poussette. Cette jeune femme moderne et souriante est venue de Romainville, où elle habite, pour faire ses courses. Elle choisit une barquette de blancs de dinde à l'estragon de la marque Isla Delice, estampillée halal. L'association A votre service (AVS) a certifié le travail des sacrificateurs religieux musulmans agréés.

Amida a été attirée par les couleurs de l'emballage, inhabituelles dans ce rayon plutôt austère... Peu pratiquante, la jeune femme dit manger halal par habitude, comme elle le faisait chez sa mère. "C'est plutôt culturel" , dit-elle.

Le deuxième Salon européen de l'alimentation halal, organisé du 6 au 8 juin, à Paris, a révélé le nouveau visage de cette pratique. Près de 10 % des viandes consommées en France seraient halal, selon l'organisateur de cette manifestation, Antoine Bonnel. La consommation halal, elle, est estimée à 5 milliards d'euros en Europe. En France, elle serait en progression de 15 % par an depuis 1998, selon plusieurs estimations.

Ces chiffres sont à manier avec précaution, dans la mesure où aucun institut ne chiffre officiellement ce marché. L'extrême discrétion est également de mise chez les acteurs de la filière.

Depuis deux ans et en dehors de toute réglementation spécifique, le commerce halal prospère discrètement en France. Ce qui était jusqu'ici l'apanage des 3 000 boucheries musulmanes ­ qui contrôlent encore 80 % des volumes ­ intéresse désormais les industriels de l'agroalimentaire et les enseignes de la grande distribution.

Alors que la consommation alimentaire faiblit (- 2 % en 2004), tous lorgnent sur le porte-monnaie des 4 à 5 millions de musulmans vivant en France. Comme ils l'ont fait il y a quelques années pour la communauté juive (environ 600 000 personnes), industriels et distributeurs adaptent leur offre pour répondre aux prescriptions religieuses de l'islam.

"Les jeunes consommateurs musulmans se tournent vers une consommation exclusive, ils sont plus partisans du tout-halal que leurs parents" , explique Florence Bergeaud-Blackler, sociologue à l'unité d'anthropologie de l'université d'Aix-Marseille. La troisième génération issue de l'immigration maghrébine et noire-africaine veut renforcer ses "liens à l'origine" .

Dans l'hypermarché Auchan de Bagnolet, Cindy, une musulmane de 21 ans, étudiante en médecine, confie qu'elle achète un ou deux produits halal "quand son budget le lui permet" . "Pour moi, consommer du halal, c'est comme consommer du bio, j'aime le goût" , dit-elle, en regrettant les prix élevés et le choix trop restreint.

De longues listes d'ingrédients illicites (ou haram, par opposition à halal) circulent sur Internet pour informer les pratiquants. Nestlé, Unilever, Danone, qui utilisent parfois des graisses animales et des gélifiants à base de porc dans les biscuits, les plats préparés ou les yaourts, sont confrontés à des demandes de plus en plus précises.

Ces groupes ne proposent pour l'instant pas de gamme spécifique en France. Mais certains d'entre eux font quelques timides tentatives : Nestlé vend des potages Maggi halal importés d'une de ses usines marocaines. Dans les rayons, on trouve aussi des boissons gazeuses (Apla et Ifri au concentré halal) importées de Tunisie et d'Algérie, comme des raviolis Dea, et même des petits pots pour bébés qui portent la marque suisse Aslaya.

Il y a trois ans, les industriels de la viande et de la volaille (Doux, Duc, Charal, Soviba...) se sont lancés sur le marché. Aujourd'hui, ils sont en position dominante.

"Le halal ? C'est une croissance à deux chiffres depuis trois ans" , se félicite Yves Stunic, le directeur du marketing du groupe Duc qui assume, contrairement à ses concurrents, sa marque principale sur ses poulets et dindes halal. "Il n'y a pas de raison de mettre une sous-marque. Ces consommateurs ne sont pas des sous-consommateurs" , affirme-t-il. En général, la plupart des marques connues hésitent, par peur d'effrayer leur clientèle traditionnelle.

Mais, dans les abattoirs, la vie a déjà changé. Quelques usines font du tout-halal. Le plus souvent, elles réservent des créneaux horaires à cette production, tout comme pour les produits casher, destinés aux juifs.

"On nettoie l'usine entre 22 heures et 1 heure et on commence le halal vers 3 heures, sur des machines propres, sans trace de sang" , explique Hervé Simon, le directeur du marketing de Soviba, numéro 3 de la viande en France, qui produit 2 000 tonnes de steaks hachés surgelés halal par an.

Les 850 employés de cet abattoir installé au Lion-d'Angers (Maine-et-Loire) ont pris l'habitude de travailler avec les sacrificateurs agréés et de voir déambuler les contrôleurs religieux envoyés par les associations qui assurent la traçabilité religieuse, telles qu'A votre service ou Muslim Conseil International. Parfois, une vingtaine de personnes surveillent les ouvriers et apposent elles-mêmes sur les emballages les logos et les scellés.

Un choc culturel ? "Ça se passe bien, même si les conditions de travail sont difficiles, à cause du sang. Le rendement diminue aussi, explique M. Simon. De toute façon, on n'a pas le choix : si on veut faire du commerce avec eux, il faut accepter." Chez Soviba, une salle de prière a été aménagée dans l'usine.

Mais derrière cette apparente organisation, le marché est loin d'être en bon ordre. "C'est une vraie foire d'empoigne et il va falloir que tout cela s'organise" , explique Jean Prévost, consultant auprès de la grande distribution.

Deux grandes enseignes vont tester, d'ici quelques mois, dans deux hypermarchés des espaces halal de 200 à 300 m2. Elles ont besoin de produits. Des équipes marketing, logistiques, commerciales ont été constituées. "Notre plus gros problème, c'est de trouver des produits suffisamment variés et vraiment halal" , dit M. Prévost. La grande distribution a, par exemple, besoin d'un logo unique et accepté par tous les musulmans. Pas question, donc, d'ouvrir la porte à la multitude de sigles plus ou moins sérieux.

Florence Amalou

Friday, June 10, 2005

A week-end in Florida

Since we are entering the week-end, and since we recently had a cyber-conversation where there was mention of Florida :), here is a cyber-joke about going to Florida for the week-end:

A couple from Minneapolis decided to go to Florida for a long weekend to thaw out during one particularly icy winter. They planned to stay at the same hotel where they spent their honeymoon 20 years before. Because both had jobs they found it difficult to coordinate their travel schedules, so it was decided that the husband would fly to Florida on a Thursday, and his wife would follow him the next day. Upon arriving as planned, the husband checked into the hotel. In his room there was a computer so he decided to send his wife an e-mail back in Minneapolis. However, he accidentally left out one letter in the address, and sent the e-mail, without realizing his error. In Houston, a widow had just returned from her husband's funeral. The dearly departed was a minister who had been called home to glory following a heart attack. The widow checked her e-mail, expecting messages from relatives and friends. Upon reading the first message, she fainted. The widow's son rushed into the room, found his mother on the floor, and saw the computer screen which read:

To: My Loving Wife
Subject: I've Arrived
You're probably surprised to hear from me. They have computers here now and you are allowed to send e-mails to your loved ones. I've just arrived and checked in. I see that everything has been prepared for your arrival tomorrow. Looking forward to seeing you then! Hope your journey is as uneventful as mine was.

P. S. Sure is hot down here!

Have a nice week-end!

Thursday, June 02, 2005

"We trained hard"

"We trained hard... but it seemed that everytime we were beginning to form up into teams we would be reorganized. I was to learn later in life that we tend to meet any new situation by reorganizing; and a wonderful method it can be for creating the illusion of progress while producing confusion, inefficency and demoralization."

Petronius Arbiter, 210 B.C.

Amazing how the quote seems to reflect today's management concepts, isn't it?